Communication-Jeunesse
Vous êtes ici  : Accueil > Répertoires > Créateurs

Marie-Hélène Jarry (auteure)

Marie-Hélène Jarry est née à Montréal, en 1954. Surnommée à huit ans « l’intellectuelle‑qui‑lit », elle s’est naturellement dirigée vers  des études en littérature (baccalauréat à l’Université McGill et maîtrise à l’Université de Sherbrooke). De là, elle a travaillé quelques années à son compte, en rédaction et correction de documents variés,  tout en poursuivant des études en traduction. À la même époque, elle a collaboré à la première revue féministe québécoise. De 1981 à 2014, elle a travaillé comme traductrice et réviseure au Bureau de la traduction du gouvernement fédéral. Parallèlement, elle a écrit six livres jeunesse : cinq albums pour les tout‑petits et un mini‑roman. Elle a aussi rédigé des textes pour  une maison d’édition scolaire.



Ce qui l’intéresse avant tout, dans l’écriture pour enfants, ce sont les possibilités de marier le familier et l’insolite, l’ordinaire et l’extraordinaire; de faire poindre des points d’interrogation en même temps que des sourires. Pour le jeune public, les mots ont une valeur décuplée, car ils viennent en nombre limité dans les albums. Leur effet est d’autant plus percutant que le lecteur est encore prompt à réagir, à s’étonner, tout neuf qu’il est. Agencer des mots qui imprégneront l’imaginaire des petits est une responsabilité importante, en même temps qu’un plaisir inépuisable.

Extrait

Un bonhomme sans histoire
Marie-Hélène Jarry - Ill. : Jean Hudon - Les heures bleues - 2013 - 32 p. - 19,95 $ - ISBN : 978-2-924063-88-0

Marie-Hélène Jarry a choisi:

[Le bonhomme] s’était fouillé la tête et avait fini par dénicher un souvenir : une page de papier, suivie d’autres pages. Sur ces feuilles, il y avait des lettres et des espaces, des couleurs et des formes, du bonheur et des malheurs.
- Je suis tombé d’un livre! s’était‑il exclamé. Je suis un personnage! Mais… quel personnage? Et de quel livre?
De nouveau, il s’était regardé. Sur lui, aucun signe particulier : pas d’habits princiers ni de chapeau à plumes qui auraient pu l’aider à deviner son identité. Pour tout vêtement, il n’avait qu’un pantalon froissé et une chemise mal boutonnée.
[…]
Le bonhomme s’était ensuite tâté le visage.
- À qui est‑ce que je ressemble? s’était‑il demandé. Vite un miroir, que je découvre mon histoire!
À quelques pas se trouvait un étang. Le bonhomme s’était penché sur son reflet : il avait vu des cheveux ni longs ni courts, des yeux d’un certain bleu, un nez un peu rond et une bouche triste.
- Misère, que je suis ordinaire, s’était il désolé. Quelle histoire aurait bien pu vouloir de moi?

Marie-Hélène Jarry commente:

Un bonhomme tombe au milieu de nulle part. D’où il vient, qui il est, il n’en sait rien. Pour trouver son identité, il entreprend un périple à travers le monde merveilleux du conte. Il avance à tâtons, se questionne. Le bonhomme est un philosophe qui s’ignore…  Cette recherche de ses origines, et de son rôle dans le monde, ressemble à celle qui nous occupe tous, un questionnement qui débute chez l’enfant avant même l’âge de raison. Je me suis attachée à ce personnage un peu maladroit, sans cesse rejeté, qui s’accroche à son but. Un bonhomme ordinaire, dont la candeur fait le charme et la force.