Communication-Jeunesse
Vous êtes ici  : Accueil > Répertoires > Créateurs

Gisèle Desroches (auteure)

Née à Laval, Gisèle Desroches entreprend en 1970 des études en orthopédagogie à l’Université de Montréal. Son diplôme en poche, elle occupe un des premiers postes en dénombrement flottant à la Commission scolaire Deux-Montagnes.

En 1980, à son retour de France où elle a participé pendant trois ans aux échanges France-Québec, elle entame des études de 2e cycle en Communication à l’UQAM. Elle quitte son poste à la Commission scolaire en 1986 pour collaborer à l’aventure de l'émission télévisée Passe-Partout à titre de spécialiste en production éducative. De là, sa vie professionnelle plonge littéralement dans l'univers de la littérature jeunesse: elle offre des ateliers en animation de la lecture, rédige pendant six ans la Recension critique annuelle des livres québécois pour la jeunesse (ministère de l’Éducation du Québec), signe pendant treize ans la chronique de littérature québécoise pour la jeunesse dans le quotidien Le Devoir, assume plusieurs charges de cours en littérature jeunesse à l’UQTR et à l’UQAM et s’implique à divers niveaux en littérature jeunesse en collaborant à de nombreux projets- colloques, conférences, animation, jurys, etc... De 2007 à 2012, elle coordonne une Table de concertation en éveil à la lecture et à l’écriture à Kamouraska, puis à Rivière-du-Loup.

Son parcours d'auteur prend forme en 2009 avec la publication de son premier album jeunesse, Simon et la porte de fer. En 2010, elle publie un roman pour adolescents, Une bougie  à la main, un ouvrage qui lui vaut de nombreuses critiques élogieuses, et qui a été finaliste au Prix des Libraires Jeunesse, volet 12-17 ans.

Extrait

Simon et la porte de fer
Gisèle Desroches - Ill. : Marion Arbona - Éditions Trampoline - Coll. «Trouvailles» - 2009 - 32 p. - 12,95 $ - ISBN : 978-2-923521-03-9

Gisèle Desroches a choisi:

La fin du jour approche. La mer est toute noire. Simon a un peu peur, mais ne veut pas pleurer. Il veut se montrer digne de la confiance accordée. On l'a sûrement oublié. Tout un jour enfermé! Et le temps passe, comme les ombres sur le mur, comme le vent sur la prairie, comme les vagues dans la mer. À la fin il s'endort, le coeur épuisé de tristesse et de questions. À l'aube su second jour, le bruit d'un gong le réveille. Il respire très fort pour que le courage vienne. Il court vers la porte, l'énorme porte de fer. Il s'accroche à la poignée et s'apprête à tirer, à cogner, à pousser de toutes ses forces.

Gisèle Desroches commente:

Cette histoire se passe il y a très longtemps, mais elle rejoint tout enfant, toute personne confrontée à un changement déstabilisant.  Car une porte de fer se dresse tôt ou tard sur notre chemin, quel que soit notre âge ou l'époque où nous vivons.