Communication-Jeunesse
Vous êtes ici  : Accueil > Répertoires > Créateurs

Gisèle Desroches (auteure)

Née à Laval, Gisèle Desroches entreprend en 1970 des études en orthopédagogie à l’Université de Montréal. Son diplôme en poche, elle occupe un des premiers postes en dénombrement flottant à la Commission scolaire Deux-Montagnes.

En 1980, à son retour de France où elle a participé pendant trois ans aux échanges France-Québec, elle entame des études de 2e cycle en Communication à l’UQAM. Elle quitte son poste à la Commission scolaire en 1986 pour collaborer à l’aventure de l'émission télévisée Passe-Partout à titre de spécialiste en production éducative. De là, sa vie professionnelle plonge littéralement dans l'univers de la littérature jeunesse: elle offre des ateliers en animation de la lecture, rédige pendant six ans la Recension critique annuelle des livres québécois pour la jeunesse (ministère de l’Éducation du Québec), signe pendant treize ans la chronique de littérature québécoise pour la jeunesse dans le quotidien Le Devoir, assume plusieurs charges de cours en littérature jeunesse à l’UQTR et à l’UQAM et s’implique à divers niveaux en littérature jeunesse en collaborant à de nombreux projets- colloques, conférences, animation, jurys, etc... De 2007 à 2012, elle coordonne une Table de concertation en éveil à la lecture et à l’écriture à Kamouraska, puis à Rivière-du-Loup.

Son parcours d'auteur prend forme en 2009 avec la publication de son premier album jeunesse, Simon et la porte de fer. En 2010, elle publie un roman pour adolescents, Une bougie  à la main, un ouvrage qui lui vaut de nombreuses critiques élogieuses, et qui a été finaliste au Prix des Libraires Jeunesse, volet 12-17 ans.

Extrait

13e dragon (Le)
Gisèle Desroches - Soulières éditeur - Coll. «Chat de gouttière» - 2016 - 152 p. - 10,95 $ - ISBN : 978-2-89607-348-1

Gisèle Desroches a choisi :

Ce roman est construit à la manière d’un vol de dragon : il avance par cercles concentriques tout en se rapprochant du dénouement. S’il vous semble parfois tourner en rond, c’est qu’il expose des points de vue légèrement différents du même événement, ce qui vous permet de douter. De déceler des zones floues. De vous faire votre propre opinion. Le vol en spirale d’un dragon n’a pas d’autre but que de mieux cerner la proie dont il se rapproche.