Communication-Jeunesse
Vous êtes ici  : Accueil > Répertoires > Créateurs

Françoise Lepage (auteure)

Photo: Nancy Vickers
Née en France, Françoise Lepage est spécialiste en littérature jeunesse. Elle a été bibliothécaire, traductrice en bibliothéconomie, archivistique et muséologie, ainsi que chargée de cours au Département des lettres françaises à l’Université d’Ottawa (Ontario) où elle a enseigné la littérature pour la jeunesse pendant une dizaine d’années. Parallèlement à ces activités, elle a mené des recherches en littérature pour la jeunesse qui ont été publiées dans diverses revues, et ses essais constituent des ouvrages de référence incontournables. Histoire de la littérature pour la jeunesse (Québec et francophonies du Canada), paru aux Éditions David, est de ceux-là, tout comme sa biographie de Paule Daveluy (Éditions Pierre Tisseyre-2003). Depuis 2000, elle se consacre à la critique littéraire et dirige la collection « Voix didactiques – Auteurs » aux Éditions David.

Françoise Lepage est auteure de plusieurs romans pour les jeunes de 8 à 12 ans et de deux albums. Plusieurs de ses titres porte sur la vie des premiers colons français de l'Est ontarien. C'est le cas de sa trilogie Sébastien de French Hill, parue aux Éditions L’Interligne en 2003 et 2004, et du conte Le cadeau de l'ours, publié au Éditions du Vermillon, en 2006. Elle a également publié des nouvelles pour adultes dans diverses revues, dont Brèves littéraires et Virages. Poupeska (Éditions de l'Interligne - 2006) est finaliste au Prix du Gouverneur Général en 2006.

Histoire de la littérature pour la jeunesse lui a valu les prix Gabrielle-Roy, prix Champlain et prix de la Ville d’Ottawa. En 2001, elle reçoit le Prix Frances E. Russel d'IBBY Canada.

Françoise Lepage est décédée le 23 janvier 2010.

Extrait

Poupeska
Françoise Lepage - Les éditions L'Interligne - Coll. «Cavales» - 2006 - 134 p. - 10,95 $ - ISBN : 2-923274-09-1

Françoise Lepage a choisi:

Mes yeux se ferment au bruissement des vagues qui glissent sur la plage. Froissement de papier de soie qui se déroule et s’enroule sur le satin mat du sable doré. Murmure infiniment recommencé. Je somnole, allongée sur la grève, sous un soleil ardent que tempère une douce brise.
Je suis bien.
Je m’étire comme un chat et ronronne de plaisir.
Soudain, un craquement, près de moi, me fait sursauter. J’entrouvre les yeux, puis les ouvre tout grand, les écarquille : un énorme lion est penché au-dessus de moi. Sa grosse tête me cache la lumière du soleil. Horrifiée, je tente de me lever en vitesse. Plus vif que moi, l’animal avance une patte, la pose sur ma poitrine pour me retenir et me rejette en arrière. S’il se soulève et fait un pas en avant, il va m’écraser les côtes. J’entends déjà le craquement terrible de mes os comme celui d’une branche qu’on arrache ou d’un arbre qu’on abat. J’ai envie de crier, mais les sons se coincent dans ma gorge. J’étouffe.

Françoise Lepage commente:

Ce récit de cauchemar met en place l’atmosphère étouffante dans laquelle l’héroïne va se débattre au cours de la première partie du roman. Les statistiques révèlent qu’un jeune Québécois sur cinq souffre d’angoisse scolaire, et qu’à l’aube du XXIe siècle, on ne dispose d’aucune véritable stratégie d’intervention. La parole, qu’elle soit orale ou écrite, permet d’évacuer bien des tensions et ouvre la voie à une forme d’apaisement. Tel est le cheminement qu’est amenée à faire l’héroïne jusqu’à ce qu’elle devienne, comme tous les jeunes en devenir, l’enfant « aux mille couleurs ».