Communication-Jeunesse
Vous êtes ici  : Accueil > Répertoires > Créateurs

Corinne De Vailly (auteure)

Photo : Martine Doyon
Née en France en 1959, Corinne De Vailly arrive au Québec à l’âge de 14 ans. Elle fait des études en Lettres au cégep Saint-Laurent, et commence à travailler à 17 ans comme journaliste dans des magazines de Québecor et d’autres éditeurs. En 1986, elle devient chef de pupitre et reporter pour Le Petit Journal, premier bulletin d’informations pour les jeunes, à TQS. Elle a ainsi l’occasion de partir en reportage au Pérou et en Côte-d’Ivoire. Elle publie son premier livre jeunesse en 1993, Miss Catastrophe (pour les 3-8 ans) aux Éditions du Raton-Laveur. En parallèle, elle écrit aussi des comédies musicales présentées pendant plusieurs années à La Ronde : Les Mics et les Micquettes (1984-1985) et Les Schnouguis (1989), ainsi que des berceuses pour enfants, pour les productions Disney. Après quelques expériences en scénarisation et adaptation d’émissions jeunesse, elle devient réviseure-correctrice pour plusieurs maisons d’édition, tout en écrivant des guides pratiques, des almanachs et des romans.

Ell est l’auteure de près de 50 titres pour la jeunesse, entre autres, les séries à succès Celtina, Mélusine et Philémon et Mon premier livre de contes du Québec (4 autres livres de contes dans la même série), ainsi que deux romans policiers en collaboration avec Normand Lester. Ses plus récents ouvrages Les notes de sang et La peau du mal (Éditions Recto-Verso) constituent un retour à l’écriture jeunes adultes-adultes.

* Corinne De Vailly est également inscrite au Répertoire des animateurs.

Extrait

Anneau du diable (L')
Corinne De Vailly - Hurtubise - Série Mélusine et Philémon. Tome 1 - 2012 - 223 p. - 12,95 $ - ISBN : 978-2-89647-859-0

Corinne De Vailly a choisi :

* La légende de Mélusine
« Ah, quel malheur ! Qu’avez-vous donc fait, mauvaises filles ! s’indigna Pressine lorsque Mélusine lui raconta comment elles avaient condamné leur père à la douleur pour le reste de ses jours, que la jeune fée espérait nombreux. Je n’avais que lui et vous me l’avez enlevé. Pour cela, vous serez châtiées. Ne vous ai-je pas assez enseigné que grâce à votre père, vous auriez pu échapper au mauvais sort qui plane sur les fées et les condamne à la vie éternelle ? Mélusine, puisque c’est toi qui as eu l’idée de mettre ton père en prison et qui as entraîné tes sœurs à commettre ce forfait, voici ta punition. Tous les samedis, du nombril jusqu’aux pieds, tu auras le corps d’un serpent. Tu ne pourras échapper à ce sort qui condamne les mauvaises fées que si tu trouves un homme qui accepte de t’épouser et promet de ne jamais te voir la nuit de chaque samedi, lorsque tu prendras ton bain. C’est seulement à cette condition que tu pourras vivre une vie de femme et avoir de nombreux et valeureux descendants. Mais attention ! Si ton mari manque à sa parole, tu redeviendras serpent jusqu’à la fin des temps. »