Feuilleter le livre

Du désespoir à la liberté : Julia May Jackson, sur le chemin de fer clandestin

Chroniques inspirées du destin des esclaves noirs ayant fui le sud est des États-Unis pour emprunter le « chemin de fer clandestin » et remonter au Nord, ici jusqu’au Canada, afin de gagner leur liberté. Virginie, 1863. Julia May Jackson, une jeune esclave de onze ans, collige secrètement dans son journal les étapes de leur évasion d’une plantation de Virginie. Rapidement saisie par les grands dangers qui les menacent en tout temps lors de leurs déplacements nocturnes et tandis que la guerre de Sécession occupe les troupes armées, l’adolescente se rattache à cet espoir d’une terre promise. Mais le chemin qui les mène d’abord au Grand Marais lugubre (Great Dismal Swamp), puis à la forteresse Monroe, pour ensuite les faire traverser à pied la Pennsylvanie et l’État de New York où ils emprunteront la rivière Hudson jusqu’au lac Ontario, est long et ardu. Mais Parvenue à Toronto, elle et sa famille s’installent finalement et entament une nouvelle vie, une vie d’écolière pour sa part tandis que sa mère devient blanchisseuse à l’hôtel Queens. Or, leur quiétude est de courte durée, puisque son frère aîné souhaite joindre les rangs de l’armée de Lincoln pour venger les leurs et que leurs anciens maîtres ont aussi élu domicile à dans la ville Reine. [SDM]

  • version papier

Détails

18,99 $

  • Date de publication

    2010
  • Nombre de pages

    240
  • ISBN

    9781443101004

Du même auteur

  • Un pays voit le jour : Rosie Dunn, à l'aube de la Confédération

Ottawa, province du Canada, 1866. Chroniques inspirées du destin de Rosie Dunn, treize ans, qui témoigne…

Abonnez-vous à notre Infolettre

Pour connaître les projets de CJ et les nouveautés sur le site.